un jour tu te rends compte que la fuck attitude empreinte d’une certaine nonchalance –négligemment reflétée par cette languette de converse qui pend par-dessous le bas du jean gondolant, cette mèche rebelle qui te tombe savamment dans la gueule, ou autre variante qui tient un peu en l’air par la force de gravité de l’oreiller, l’œil rêveur mais le mental sarcastique— bref, un jour tu te rends compte que ça, enfin qu’elle, te dessert. Et c’est que ya une voix dans ta tête, cette voix de l’enfant qui est en toi, une voix pure mais assourdie par le temps passé et les exigences de la société, qui crie : VIEUX CON.

Ça y est, t’es devenu un vieux con, la fuck attitude est morte parce que force est de constater que la marque de l’oreiller et cet air détaché tuent (ont tué dans mon cas) tes chances de promotions au bureau et font que tes amis pensent que t’en à rien foutre, alors que tu végètes (sans télé) chét’ comme un looze, par exemple.

A 15 ans, je trouvais tout le monde con. Surtout les vieux.

Mais 15 ans plus tard, il y a bien un truc que j’ai appris c’est qu’ils sont vraiment cons et qu’avant d’être des vieux cons, ils étaient des jeunes cons et je me félicite d’avoir su le leur dire à l’époque (passke là, insulter mes contemporains ça devient plus délicat). Les rois de la fuck attitude ils s’en foutaient tellement qu’ils s’en foutaient aussi de la vie et certains sont morts, avant 25 ans.

Pour ma part je ne suis pas morte, parce que j’étais tellement curieuse de trouver des nouvelles conneries à essayer que la vie représentait pour moi un terrain de jeu fertile et infini, ce qui est toujours le cas.

Mes converses non plus ne sont pas mortes et la fuck attitude non plus.

Je dirais donc en substance, tout en l’abusant, qu’une certaine manifestation de la fuck attitude se doit d’évoluer afin que je daigne me baisser pour récolter ce que je sème (tu sèmes la merde tu récoltes des ventilos).

Ceci étant dit, vu que même Bono va à Davos, je vais pas trop me formaliser. et puis si ils voulaient que je sois moins sarcastique, ils avaient qu’à être moins lents de la tête, encore raté pour l’augmentation.