Alors, le problème de cette journée, je t’essplique (et pour une fois tu n’as pas trop tort) c’est que je pue grave de l’aisselle, donc effectivement, je me sens un peu isolée.

Surtout, que « mes relations » n’ont pas fait grand chose pour moi, à part me mettre des (6) gros shawarmas plein d’oignons et d’épices dans la gueule juste avant notre décollage de Beyrouth à 02.05 hier soir (pour moi deuzeure dum’ c’est le soir, mais pas pour les agents de voyage, faut le savoir, sinon tu repayes un billet parce que tu devais partir avant-hier… je ne m’explique pas bien, mais ça bousille le budget coupette des 2 mois à venir). soit.

Il est donc grand temps, en effet, pour moi de réévaluer tout ça (le mal de bide, la peau qui pue l’ail, etc.) de me regarder en face, et de constater qu’une douche à l’aéroport ça l’aurait fait, et que passer par Paris, c’est vraiment une tannée, passke t’arrives à Genfos juste à temps pour le meeting de 10h00 avec le directeur marketing, et tu es en tongs, et tu es gekrümmt. bref.

Soyons honnête: ce directeur n’était pas fait pour moi, cette relation était vouée à l’échec, ah si seulement j’avais écouté La mout, -ou lu ce visionnaire horoscope- avant… je ne me serais jamais fourvoyée pareillement j’aurai tout de suite su que cette relation était stérile, à la limite, j’aurai pu rester à Beyrouth à galocher du local et continuer à me faire des films.

Sauf que le légendaire estomac dont j’ai été pourvue arrive à la limite de ses capacités. C’est moche. C’est la dépression.

« … In 1982, Barbar opened in the midst of the civil war. It was a small bakery in the popular area of Hamra, at first solely dedicated to manouché: manouché zaatar, minced meat manouché, manouché kichk (a sour dried milk powder) and the traditional manouché with runny bulgary cheese, except that it was surprisingly topped with sesame seeds. This small innovation was the launch pad for the small bakery of Mohammad Ghaziri also known as Barbar … With its high ceiling, giant posters, and blue and pink neon lights visible from far away, Barbar Spears is the Taj Mahal of fast food, the ultimate Lebanese street feeding machine; a model that Barbar is now exporting abroad to the Gulf and other Arab countries. »

http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=4523229