Nous vîmes ce brave Béné16 arriver sur le trône avec sa kippa de fête, et nous fûmes confiants.

Nous nous dîmes: « il le fera grave ». De fait, la courbure de son dos cassé lui conférait une certaine crédibilité pour ce rôle et nous sûmes en voyant sa lèvre inférieure, qu’elle aurait, sous peu, la mollesse requise pour accueillir le saint filet de bave propre à toute personne sénile à qui incombe cette tâche.

Vint ensuite la question de ses entreprises, irait-il au Tadjikistan pour évangéliser les impies, ou s’attacherait-il au redorage de quelques statues précieuses?

Il ne nous fit pas attendre. Ne trahissant point l’héritage subtil de la lignée qui le précéda, il en rajouta une couche, comme seuls ces pauvres vieux déconnectés de la société savent le faire, et remit à l’ordre du jour la stigmatisation des religions non-judéo chrétienne, oubliant (Alzheimer?)  soudainement que les croisades du christianisme, firent de sa religion la plus meurtrière de l’humanité à ce jour.

Bravo l’artiste.