La fréquence de mise à jour de ce blog est directement liée à celle des chutes de neige dans les Alpes suisses. corrélation positive donc.

De toute façon, je suis en vacances et étant devenue mono-céphale (la fonte de mon cerveau est directement liée à celle de la fonte des neiges, et ce tjrs dans les Alpes suisses) il m’est difficile de rédiger surtout kan ma seule préoccupation est de savoir si l’apéro commence à 18h ou 18h30, au Plaza ou au Post. tu ouas khômhân? bref.

Donc, tu as le cerveau moitchié fondu et du coup tu es réceptif à des choses plus simples. beaucoup plus simples. les mots notamment. soudain tu apprécies les phrases courtes et directes de tes contemporains (kan tu les comprends, enfin aussi tu comprends ce ki t’arranges)  du type « paye la tournée » voir encore « c’est ma tournée » ou « on va au Post » (si on est au Plaza); « on va au Plaza » (si on est au Post). de nuit traduire par: « on va au Léos » alternative: « on est au Léos ».

Et puis il y a aussi ces fameuses phrases de 2 mots qui te changent la vie (1ère condition: que ta vie se limite à l’essentiel comme par exemple la mienne en vacances / 2ème condition: que tes déplacements se limitent à un triangle d’environ 0.5m sur 20m sur 18m) du genre: « amène-toi »; « casse-toi » ou encore « je t’aime ». kesske ça vient foutre là. sans déc. il paraîtrait ke même dans un buffet de la gare je ne pourrais pas être romantique [dixit le Raf]. hé bien c’est faux. bordel.

Bon, le mec* à moi dans mon histoire à moi, il a pas dit « je t’m » il a dit un truc compliqué de 5 mots voir même il a osé faire une vraie phrase avec un verbe ou deux. mais comment pouvait-il se douter ke face à lui, se tramait une bi-céphalite régressive rampante invisible à l’oeil nu. koike.

bref, parfois ta la vie change. (gné gné gné chuis kan même au plaza). pour une phrase. pour deux mots. pour un jour de février ki ressemble au printemps, ça fait rire les enfants, et t’as retrouvé la clé des champs et merci mickétousseul pour cette rime tonitruante, qui clos avec brio ce ki est indubitablement le billet le plus vide de ce blog, mais c’est par solidarité pour les yeux de merlan.

*Charles-Foulques, un mec bien ki tient un élevage de mites dans le Vaucluse.