« Il est toujours un moment dans la vie, où l’étau se resserre, sur nos habitudes, nos mauvaises habitudes, nos incohérences… les zones d’ombre deviennent apparentes, à nos yeux depuis longtemps ; aux yeux des autres, au fil du temps.

Les recoins de notre conscience, où nos mensonges peuvent se cacher, disparaissent au gré des neurones explosés et la lumière commence à couter cher.

La place et le temps se confondent. L’étau se resserre sur notre manque de patience, et notre conscience se rabat sur le peu de place qui lui reste.

A l’étroit en soi-même, les feux d’artifices ne jaillissent plus ; ils explosent, incontrôlables, en nous heurtant de l’intérieur et seul le reflet de nos yeux habités, trahit ces contrastes douloureux.

Les autres ne sont pas dupes, et leurs regards ingérables, nous renvoient une image de soi que l’on croyait autre.

(…)

It’s wake up time. « 

 

ouam- extrait, 28 décembre 2005