« Et un jeune dit, Parle-nous de l’Amitié.

Et il répondit, disant :

Votre ami est votre besoin qui a trouvé une réponse.  –  OUI LA RéPONSE, C’EST 3615 MARLA.

Il est le champ que vous semez avec amour et moissonnez avec reconnaissance. OUI, TU LUI RéCOLTES DE LA THUNE TOUS LES 3 JOURS. OU / ALTERNATIVEMENT, TU LA MOISSONNES.

Il est votre table et votre foyer. EFFECTIVEMENT, LA PAUVRE BURNE, ELLE TE LOGE, OU ALTERNATIVEMENT, ELLE TE LOGE CHEZ SES PARENTS. DONC BON. ON EST D’ACCORD.

Car vous venez à lui avec votre faim, et vous cherchez en lui la paix.  PASSONS.

Lorsque votre ami parle de ses pensées vous ne craignez pas le « non » de votre esprit, ni ne refusez le « oui ». MOI NON, MAIS  EUX OUI, ENCULéS.

Et quand il est silencieux votre coeur ne cesse d’écouter son coeur ;

Car en amitié, toutes les pensées, tous les désirs, toutes les attentes naissent et sont partagés sans mots, dans une joie Muette. POIL  à lA QUéQUETTE.

Quand vous vous séparez de votre ami, ne vous désolez pas ;  AH BAH NON, SURTOUT S’IL ME DOIT…

Car ce que vous aimez en lui peut être plus clair en son absence, comme la montagne pour le randonneur est plus visible vue de la plaine.  VRAI, DU HAUT PLATEAU , JE VOIS TOUT MIEUX.

Et qu’il n’y ait d’autre intention dans l’amitié que l’approfondissement de l’esprit. COMME MA COPINE ME DIS: VA PROMENER DES CHIENS DE LA S.PA., SYMPA.

Car l’amour qui cherche autre chose que la révélation de son propre mystère n’est pas l’amour, mais un filet jeté au loin : et ce que vous prenez est vain.  JETTE CONNARD, JETTE.

Et donnez à votre ami le meilleur de vous-même. I’M WATCHING YOU…

Et s’il doit connaître le reflux de votre marée, laissez le connaître aussi son flux.  TOUT LE MONDE PèTE, MON GARS.

Car qu’est-ce que votre ami si vous venez le voir avec pour tout présent des heures à tuer ? UN BOUCHE-TROU, CONNASSE.

Venez toujours le voir avec des heures à faire vivre.  GENRE , UN MARIAGE, OU T’ES IVRE ?

Car il est là pour remplir vos besoins, et non votre néant.  AH BAH, NON, PUISQU’IL N’EST PAS, LE CAS éCHéANT.

Et dans la tendresse de l’amitié qu’il y ait le rire et le partage des plaisirs. SANS DEC, JAMAIS SEULE QUAND YA DU PLAISIR.

Car dans la rosée de menues choses le coeur trouve son matin et sa fraîcheur. » ET MOI, à L’AUBE JE ME MEURE.

Kalil Gibran – Le Prophète