« Pauvres japonais… » « Ils sont tellement dignes… » Oui, pauvres japonais qui vivent l’apocalypse nucléaire et qui ont tout perdu. Je suis d’accord et sincèrement je prie pour ce pays dévasté. Cependant ne pas confondre honte et dignité, quand on construit 54 centrales sur une faille sismique en front de mer et qu’on falsifie les rapports de sécurité (cf: Tepco, un géant nucléaire habitué à la controverse) mettant en péril tout un peuple et l’Océan Pacifique au passage, je comprends qu’on en mène pas large niveau communication externe.

« The period of high-level seismic activity will continue for another 40 years or more. Unless radical steps are taken now to reduce the vulnerability of nuclear power plants to earthquakes, Japan could experience a true nuclear catastrophe in the near future. » Ishibashi Katsuhiko sismologue, professeur à l’université de Kobe, mettait en garde la communauté internationale de la catastrophe en raison des normes de sécurité insuffisantes en 2007 dans un article de l’International Herald Tribune:  Why Worry? Japan’s Nuclear Plants at Grave Risk From Quake Damage.

Pauvre toi, pauvre moi, pauvre planète. Fukushima d’aujourd’hui c’est notre assiette de demain.

Je te recommande de réserver des vacances pour aller faire de la pêche à la traine dans le Pacifique dans les prochaines années.  Aussi: pas de panique, pendant qu’on les regarde dans la petite boîte éteindre les réacteurs à coup d’eau de mer (ça n’inquiète personne qu’ils soit conscients d’un niveau d’alerte maximum —Le Japon relève de 4 à 5 le niveau d’accident nucléaire, 2011-03-18 19:24:44  Xinhua–  vu que l’eau de mer rend impossible toute utilisation ultérieure) on ne se préoccupe pas de faire une razzia sur les masques hygiéniques.

Non, parce que j’aimerai bien comprendre. Un pauvre foulque macroule se choppe la gale et hop’ toute la population européenne se voit prise en otage d’une communication de crise grave, rameutée pour être vaccinée, masquée et hygiénisée de la main (je crois que les français voulaient prouver au monde qu’ils savent organiser des files et faire la queue dans un cas de force majeur). C’était une belle campagne de vente de kits hygiéniques, je dis bravo, bel effort de relation publique surtout au niveau du packaging et du prix 9,90TTC, 19,90TTC on se serait cru chez H&M.

Alors que là, on va se prendre un nuage radioactif sur la gueule, mais on préfère les regarder de loin dans la petite boîte, mhheinnn heinnnn, docteur WATTson (ils ont remis le courant, d’où ma vanne pourrite). Donc, à la place de dire aux paysans de mettre les cultures sous serre immédiatement, enfin dans les 8 prochains jours (le nuage arrive dans environ 4 jours sur la côte nord-est américaine et redescend chez nous en environ 5 jours) et de prendre des mesures, on va faire comme pour Tchernobyl et s’inquiéter de la recrudescence de cancers de la thyroïde dans 10 ans. Et puis au moment où il faudra faire un bilan sur l’impact de Fukushima sur la faune et la flore, ils seront en train de construire un mémorial, l’empereur du Japon sera là, digne, et comme il s’est bougé il y aura les télés du monde entier, et tout le peuple, digne, et le silence, digne, et nous dévasté derrière nos télés (enfin vous, passke le troglo n’a pas de télé) en train de se dire: c’est la plus grosse catastrophe, sans précédent, du jamais vu… Sauf que cette décennie est la plus meurtrière en catastrophes depuis 30 ans… Elles ne font que s’accumuler… Sans précédent*, bien sûr.

*Selon une étude d’EuroBourse.com: « En dix ans, tsunamis, séismes, ouragans et inondations en tous genres auront causé la perte de 1,2 millions de personnes dans le monde et coûté près de 1 023 milliards de dollars de dommages. Cette étude observe que 60% des catastrophes recensées – sur un total de 7 563 sinistres – se sont concentrées sur la seconde moitié de la décennie. »